Comment favoriser la biodiversité dans son jardin ?

La biodiversité est l’ensemble des organismes vivants, faune autant que flore, naturellement présents dans votre jardin. Elle vous permet d’avoir un milieu écologique et de créer un équilibre naturel pour nourrir et pour abriter le monde vivant dans cet endroit. Découvrez les techniques de jardinage pour la favoriser.

Éloignez les produits chimiques

Il paraît incontestable que l’utilisation des produits chimiques comme les engrais et les pesticides est nocive à l’environnement et à l’ensemble des faunes et flores du jardin. Vous devez donc utiliser des engrais naturels (compost, fumier…) ou des engrais bio à base de corne broyée, de poudres d’algues, etc. Vous pouvez aussi lutter contre les parasites et les maladies d’une manière biologique, c’est-à-dire en utilisant des produits naturels comme la décoction et le purin végétaux. Faites également usage des couvres-sol ou d’un désherbe manuel pour tuer les mauvaises herbes d’une façon naturelle. Certains petits animaux peuvent normaliser les populations de nuisibles sans insecticide chimique, donc attirez-les. Et surtout, plantez des légumineuses qui fixent et rendent l’azote atmosphérique disponible pour les autres plantes. Cette technique vous permet d’enrichir le sol.

Plantez une variété de végétaux

Favoriser la biodiversité dans le jardin consiste aussi à planter divers végétaux. C’est très important, parce que cela vous permet de nourrir et d’abriter les faunes auxiliaires dans votre jardin. Cela empêche également la propagation des maladies et des parasites. Vous pouvez, par exemple, planter des haies champêtres ou des haies existantes comme le noisetier, le charme ainsi que les arbrisseaux qui offrent des petits fruits aux oiseaux. Vous pouvez aussi adopter une prairie fleurie pour protéger les oiseaux et les insectes qui se nichent au sol. Les plantes indigènes et mellifères qui produisent du suc de nectaire et de pollen pour les insectes pollinisateurs sont aussi favorables pour attirer les abeilles. Cela vous permet d’avoir une floraison étalée du mois de mars jusqu’au septembre. Laissez un espace sauvage pour réduire les interventions à votre jardin et n’enlevez pas les arbres morts pour diversifier les habitats.

Attirez et préservez la faune auxiliaire

Certains insectes (coccinelles, abeilles, syrphes…) de votre jardin ne sont pas nuisibles et en font des auxiliaires précieux. Alors, vous devez faire quelque chose pour les attirer. Vous pouvez, par exemple, planter de l’ortie ou de la salicaire pour chouchouter les chenilles de papillons. De plus, ces petits animaux sont un des agents pollinisateurs qui assurent la fécondation des fleurs. Vous pouvez aussi leur offrir des abris ou des cachettes convenables comme un tas de bois, de feuilles mortes, de pierre ou de sable, des hautes herbes, des hôtels à insectes… Vous pouvez également aménager une mare dans votre jardin afin d’acquérir les grenouilles, les libellules et beaucoup d’autres encore. Protégez les vers de terre et les autres micro-organismes nécessaires pour garder la fertilité du sol. Et surtout, ne nourrissez pas les animaux sauvages.

CHAMOMILLE : Un relaxant musculaire fiable à base de plantes
Les missions à confier à un architecte paysagiste