Les missions à confier à un architecte paysagiste

architecte paysagiste

Concevoir son propre jardin est une tâche compliquée, et des erreurs sont souvent commises, car il n’est pas facile de se lancer et de réaliser ses envies. C’est la raison pour laquelle on embauche un architecte paysagiste. Ce professionnel est là pour vous proposer des designs créatifs, uniques et innovants qui vous correspondent en répondant à vos attentes. À chaque étape du projet, il vous accompagnera et vous apportera son expertise, son sens de l’esthétique, sa créativité, son sens du détail, ainsi que sa capacité technique et sa capacité à traiter les plantes ainsi que les matériaux

Les divers missions d’un architecte paysagiste

Un architecte paysagiste est un professionnel responsable de l’aménagement extérieur. Ce n’est pas un simple ouvrier, sa tâche est d’inventer un projet architectural en fonction du cahier des charges qui lui a été fourni. Ensuite, il réalisera des plans techniques et des maquettes pour donner aux clients une compréhension plus détaillée des jardins paysagers qu’il va construire. Vous pouvez également demander à l’architecte paysagiste de préparer un devis et de compléter les démarches administratives nécessaires. Après la signature du contrat de travail, il coordonnera les travaux et assurera le bon fonctionnement du chantier. Il s’assurera que le plan est bien suivi. Enfin, il peut également assurer l’entretien des espaces verts aménagés. Les architectes paysagistes peuvent exercer en tant que salariés des collectivités locales ou des entreprises de construction selon leurs responsabilités, ou en tant qu’indépendants. Il intervient dans tout projet d’aménagement et de construction qui modifie le paysage rural. Sa clientèle est variée : entreprises privées, fonctionnaires ou particuliers. Vous pouvez voir ici pour trouver une entreprise de jardinage, un paysagiste dans le 77 ou un paysagiste en Seine-et-Marne.

Architecte paysagiste : qualités et diplômes nécessaires

Les architectes paysagistes sont des experts de la technique de conception d’espaces verts ainsi que de l’utilisation des végétaux.

Des compétences en horticulture, droit public, génie civil, travaux publics et en architecture sont requises. Pour convaincre ses clients et participer à la rédaction de documents commerciaux et administratifs, il doit faire preuve de bonnes compétences en communication orale et écrite. Il doit savoir utiliser le logiciel de DAO ou dessin assisté par ordinateur. Il doit être créatif, rigoureux et organisé. Il doit aussi avoir de bonnes capacités de négociation. Il doit travailler avec des architectes, des urbanistes, des pépiniéristes, des jardiniers et des ingénieurs, et il doit savoir travailler en équipe. Un architecte paysagiste ne doit pas calculer ses heures de travail, surtout s’il travaille à son compte.

La formation de base pour devenir architecte paysagiste est le Bac STAV ou S, puis un BTSA aménagement paysager (bac+2). Une formation, puis trois années d’études dans une école spécialisée pour obtenir un diplôme d’État en aménagement paysager (bac + 5). En France, il y a 5 écoles nationales supérieures qui proposent cette formation.

Différence entre architecte paysagiste et jardinier paysagiste

L’architecte paysagiste s’occupe du plan paysager, alors que le jardinier paysagiste travaille directement sur le terrain. Par conséquent, à l’instar du métier de jardinier paysagiste et d’architecte paysagiste, le métier d’architecte nécessite beaucoup plus années d’études pour obtenir ce titre. En effet, le parcours intellectuel est différent. Juridiquement parlant, l’architecte paysagiste n’est pas vraiment très répandu, voire même non reconnu, car ce métier est bien difficile à cerner. En effet, il s’agit d’un métier interdisciplinaire, et les capacités nécessaires sont complexes. Cependant, les gens font appel de plus en plus à leurs services, alors les architectes paysagistes sont arrivés à se faire de la place dans la société.

CHAMOMILLE : Un relaxant musculaire fiable à base de plantes
Comment favoriser la biodiversité dans son jardin ?